P1150833 © 2012 admin. All rights reserved.

Arts du combat/ Arts de la scène

“En 2005, j’ai initiĂ© le cycle de travail Arts de combat / Arts de la scène, en confrontant le langage théâtral et le langage martial. J’ai interrogĂ© l’essence de la notion de combat, j’ai cherchĂ© dans les espaces pauvres que sont le plateau de théâtre, le ring
ou les tatamis, une poétique commune.” (Yan Allegret)
Pendant sept ans, en France et au Japon, Yan Allegret a poursuivi cette recherche sous diverses formes; écriture de textes, d’articles, séries photographiques, ateliers, conférences, workshops et performances

Trois créations théâtrales jalonnent ce chemin. Trois spectacles, comme trois époques d’un cheminement, chacune éclairée par une rencontre majeure :

- Hacine Chérifi pour La Plénitude des cendres (2007). En invitant l’ancien champion du monde de boxe catégorie poids moyens sur le plateau, Yan Allegret imagine avec lui une première méditation sur l’essence du combat. Face à face entre l’ancien boxeur et l’acteur Jean-baptiste Epiard, la Plénitude des cendres explore le lien à l’autre dans l’acte du combat.

- Redjep Mitrovitsa pour Hana no Michi ou le sentier des fleurs (2011). L’ancien élève d’Antoine Vitez, interprète claudelien par excellence est l’unique protagoniste de ce texte fleuve écrit par Yan Allegret lors de son premier séjour au Japon.
Traversée initiatique d’une solitude et d’une errance volontaires, cheminement dans la dimension intérieure et solitaire du combat, Hana no Michi ou le sentier des fleurs place l’affrontement dans un dépouillement où l’homme fait face à lui-même.
Sous la présence incandescente de Redjep Mitrovitsa, le spectacle oscille entre rêve et réalité, création du monde et naissance de l’acte d’écrire, dans un mouvement menant de l’isolement du monde à un réel redécouvert.

- Yuta Kurosawa pour Neiges (2012). Avec le maître de sabre traditionnel japonais, Yan Allegret envisage pour la première fois l’au-delà du combat.
Le plateau n’est plus le lieu d’un affrontement mais celui d’un éveil.
“Tout se forme, dure quelques instants avant de se défaire.” Inspiré du théâtre nô, le texte écrit par Yan Allegret raconte l’arrêt d’un homme au bord de la route, par une fin d’après-midi d’hiver. La contemplation d’un paysage banal est le premier pas d’un lâcher prise, dans lequel la frontière entre intérieur et extérieur se dissout.
Entouré du guitariste Yann Fery, de l’actrice japonaise Kumi Hyodo et de Yuta Kurosawa, Yan Allegret dessine une partition où le sabre, la musique, les corps et la parole (japonaise ou française) dévoilent une poétique du présent, traversée par une liberté nouvelle.
Le théâtre, comme la coupe au sabre, ne dure qu’un instant.
Face à l’éphémère, il ne reste que le tremblement d’être au monde.
Éloge du paysage humain et de l’impermanence.

 

 

 Les Guerriers de la BeautĂ©. IntĂ©grale de l’article de Yan Allegret paru en juin 2013 dans la revue “KaratĂ© Bushido”

Dossier de la trilogie Arts de la scène/ Arts du combat

“De la neige, du sabre”, article sur la relation entre arts de la scène et arts du combat, paru dans la revue Dits (juillet 2009)